Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Propuls par GSpeech
lundi, 16 février 2015 00:00

[Article] Comment bien mener un projet de crowdfunding

Écrit par 
Évaluer cet élément
(1 Vote)

En quelques années le financement participatif (crowdfunding en anglais) est devenu un incontournable dans le monde de l’édition. Apportant à tous la possibilité de créer et d’éditer ses projets avec l’aide de personnes qui y croient, assez pour investir de l’argent dans ces idées. Une superbe solution imagée de l’expression : « les petits ruisseaux font les grandes rivières ».


 

Pour autant, les meneurs de projets vous le diront, mener à son terme un projet en financement est un parcours du combattant où atteindre son objectif n’est pas quelque chose d’acquis, mais quelque chose qui se gagne. Et ce long chemin, guidé par un compteur qui défile à la vitesse de la lumière est parsemé d'embûches, qui sans être totalement évitables peuvent se réduire en appliquant les quelques conseils que je m’apprête à vous donner.

Il était assez compliqué d'illustrer cet article, du coup j'ai opté pour des graphiques qui j'espère seront assez parlant.

 

 

 

S’impliquer

Comme dans toute chose qui nous tient à cœur, il n’y a pas de secret, il faut s’impliquer. Si vous le faites par passion et que vous croyez en ce que vous proposez, cette étape ne devra pas poser de problème. Si vous voulez que les autres croient en votre projet, mais aussi en vous, vous devez avant tout y croire en premier.

Bien entendu certains jours seront plus compliqués que d’autres, pour autant il ne faut pas baisser les bras. Les premiers jours sont très importants, mais également les derniers, ne sous-estimez pas leur force. Croyez en vous et vos idées et les autres y croiront.

 

 

Créer l’envie

C’est simple sur le papier et pourtant si compliqué à mettre en place. Car réussir à créer l’envie c’est se mettre à la place des autres et ainsi voir ce qu’ils attendent de votre projet. C’est pousser l’empathie à son paroxysme.

Si vous êtes un nom connu dans le milieu, la tâche risque d’être un peu plus aisée, celui-ci parlant plus ou moins pour vous tel un étendard. Mais si ce n’est pas le cas, il faudra alors ruser et trouver d’autres moyens. Si vous êtes débutant dans le milieu, ce qui n’a rien de honteux, tout voyage débute par un premier pas, vous allez devoir miser sur d’autres aspects pour rendre votre jeu attrayant. Cela passe par de jolis graphismes qui attireront immédiatement les regards, des mécaniques originales, un thème fort et aimé. Même si vous aimez l’économie et la comptabilité (qui ne sont pas des thèmes joyeux, je suis désolé), proposer un jeu qui plaira passera peut-être par un thème plus séduisant, sans pour autant tomber forcément dans l’écueil du jeu de pirates/zombies/créatures mythologiques, sauf si son implication dans le jeu le justifie vraiment.

N’hésitez pas à poster les règles de votre jeu ou même à faire une vidéo explicative, l’idée c’est de donner envie et cela passe par la publication d’un maximum d’informations. Ne soyez pas avare en images également. Vous pouvez montrer l’évolution de votre projet, des premiers essais aux derniers en date. De même que les paliers peuvent être expliqués en images.

 

 

 

Rassurer

Nous sommes tous pareils, nous n’aimons pas spécialement avoir affaire à des personnes qui nous sont inconnues. Si le web a brisé les barrières frontalières, celui-ci ne permet pas vraiment de rencontrer les gens et donc de les connaître véritablement. Nous ne sommes souvent qu’un pseudonyme ou un nom caché derrière une image qui ne nous ressemble pas toujours.
Donnez la possibilité aux gens de mieux vous connaître et donc de vous faire confiance. N’hésitez pas à dire pourquoi vous montez ce projet, qu’avez-vous déjà engagé comme action pour faire connaître votre jeu, quel est votre parcours ou tout simplement votre initiative. Un sentiment de confiance doit s’installer si vous désirez que les gens participent à votre projet de manière financière. Il est alors normal que vous, en face, vous vous présentiez et les rassuriez.

De même qu’il ne faut pas hésiter à indiquer que si jamais le projet n’atteint pas son objectif l’argent sera redonné aux contributeurs.

 

 

Être clair

Si nous sommes tous d’accord pour dire qu’un long pavé de texte ne donne pas envie, être clair et précis reste une priorité lorsque vous lancez un projet. Avant de réaliser votre page, décrivez dans votre logiciel de traitement de texte en détail votre projet, qu’est-ce qu’il est ? Pourquoi vous le faites ? Comment votre jeu se joue-t-il ? Et surtout comment va être utilisé l’argent que vous allez récolter.

Une fois cela fait, récupérez ces questions accompagnées d’extraits de vos réponses afin de créer des paragraphes résumés que vous pourrez intégrer en haut de votre page, donnant ainsi en un minimum de lignes, des réponses aux questions que se posent vos lecteurs. Vous pouvez cependant mettre vos réponses détaillées plus bas, ainsi les informations seront complètes et tout le monde saura où vous allez. Une page vide donnera le sentiment d’un projet lancé à la va-vite, ne laissez pas croire cela à vos lecteurs, tout en ne les assommant pas sous une masse informe de texte sans images.

 

 

Voir juste

Il ne faut pas voir trop juste au niveau de son budget. Certes il est plus compliqué de demander une grosse somme, du moins en apparence. Car si vous ne demandez que 1000 euros, les gens auront vite fait de vous dire qu’il suffit d’économiser et d’emprunter à vos proches. Chose qui n’est pas toujours faisable mais qui ne sera pourtant pas forcément comprise par les internautes.

De plus des faux frais sont vite arrivés, de même que les taxes, notamment celles de la plate-forme sur laquelle vous postez votre projet qui s’approche des 8%. Ne négligez pas non plus les frais postaux pour les différents envois, sans oublier d’éventuellement penser à une augmentation de ces frais si votre projet doit sortir dans plusieurs mois. De prime abord, une augmentation de 5 centimes semble n’être rien, mais multiplié par des milliers d’envois, cela peut vite chiffrer.

Cependant, il ne faut pas être trop gourmand et demander une forte somme : c’est prendre le risque de ne jamais atteindre votre objectif. Essayez de revoir à la baisse certaines de vos dépenses, demander d’autres devis, bref essayez de couper dans le tas. N’oubliez pas qu’il est possible de mettre plusieurs paliers, avec des récompenses grandissantes. Partez plus petit, mais pensez qu’il sera toujours possible d’obtenir plus, en proposant des récompenses en franchissant certains paliers. Cette petite compétition animera votre financement et donnera envie aux participants de donner plus afin d’atteindre un nouveau seuil qui n’est qu’à quelques euros de sa finalité.

 

 

Penser aux contreparties

Un élément très important, et pourtant si compliqué à cerner, c’est de trouver les bonnes contreparties. Prévoyez différents paliers, avec diverses sommes. Laissez du choix à vos lecteurs. Dans la mesure du possible prévoyez des contreparties qui soient en rapport avec votre jeu et qui pourront être utilisées avec celui-ci. Si ce n’est pas le cas essayez de vous mettre à la place de vos financeurs et demandez-vous ce que vous aimeriez recevoir.

Une fois qu’une petite liste est établie, voyez combien vous allez payer pour ces contreparties. Ne vous faites pas piéger en regardant les tarifs d’objets achetés en quantité, car si jamais ce nombre n’est pas atteint vous en seriez de votre poche. Prévoyez des tarifs plus élevés afin de ne pas perdre d’argent. Les contreparties sont d’excellents moteurs mais prenez garde car ils sont également chronophages et peuvent être un gouffre financier si la chose est mal prévue.

 

 

Prévoir son budget

Comme pour tout projet il faut réaliser un plan de financement dans lequel vous allez chiffrer la fabrication de chaque élément de votre jeu mais également les frais extérieurs et les contreparties. Voici en gros ce que vous devez prévoir : le coût de production de votre jeu + le coût d’achat ou de fabrication des contreparties + le coût d’expédition des jeux + les frais demandés par la plate-forme de financement + les impôts qui peuvent être la TVA ou des taxes en rapport avec une activité commerciale. Encore une fois, ne voyez pas trop juste sous peine de vous mettre dans l’embarras.


 

Communiquer

Ne perdez pas le contact, que le projet soit encore en cours de financement ou bien que l’objectif soit atteint, n’oubliez pas de donner des nouvelles régulièrement afin de montrer aux internautes que vous êtes impliqués et que vous ne les oubliez pas.


Monter et porter un projet en financement participatif c’est devoir répondre à toutes ces réponses, afin de montrer au public un projet abouti, dans lequel il pourra identifier son porteur et lui accorder toute sa confiance. J’espère qu’en cela je vous aurais été utile, et je vous souhaite bonne chance pour vos futurs projets.

Merci à Quilicus pour sa correction.

Si l'article vous a plu et que vous souhaitez me soutenir je vous propose de rejoindre ma page Tipeee.

Crédits photos : https://www.mipise.comhttp://www.crowdfundinsider.comhttp://blog.eduklab.com/

Lu 1719 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Propuls par GSpeech