Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Propuls par GSpeech
vendredi, 12 décembre 2014 00:00

[Versus] KIng og Tokyo VS King of New York

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Devenir le roi par la force de ses poings, quoi de plus grisant pour un guerrier-né tel que vous ? Le plus gros souci va être de choisir la ville sur laquelle vous désirez régner : Tokyo ou New York. De plus, de quelles créatures légendaires souhaitez-vous vous offrir les services ? Le choix est large et la tache ardue, mais à la force de vos poings et grâce à la volonté des dés vous serez bientôt sur le trône, assis sur une ville dévastée qui scande votre nom comme dans un bon vieux film de série B.

 

Point de comparaison : mécanique et thème.

 

 

À sa sortie, King of Tokyo fut une véritable surprise. Il faut dire que son auteur Richard Garfield n’est pas né de la dernière pluie, et il était intéressant de voir le papa de Magic mettre les pieds dans le monde des jeux de société. Plusieurs années plus tard, King of New York voit le jour. On y trouve de nouveaux monstres, une mécanique proche de son grand frère sans être une véritable copie et un style graphique identique. Quelles sont les différences entre ces deux frères monstrueux ? C’est ce que nous allons tenter de voir dès maintenant.

 

 

Les deux jeux sont basés sur le même principe de lancer de dés. Selon les symboles tirés, votre avatar pourra attaquer la ville, les autres monstres, gagner des points ou encore réaliser certaines actions. Dans KOT chaque dé posséda    it 3 chiffres allant de 1 à 3, qui faisaient gagner des points lorsqu’on arrivait à les sortir par triple. Absents de KON, ils ont été remplacés par des points de destruction, d’attaques par des unités militaires et par des étoiles de célébrité qui remplacent les points, mais qui ajoutent une carte pouvant être volée entre joueurs.


Les interactions sur le plateau de KOT étaient plutôt basiques, se limitant aux déplacements des monstres. KONY est plus complexe à ce niveau car la ville est séparée en différents quartiers, chacun disposant désormais de bâtiments à détruire, représentés par des tuiles.


Les mécaniques de KONY, bien qu’étant un poil plus complexes et donc alourdissant un peu le jeu, laissent aussi plus de possibilités. On touche donc dès le début au point de l’accessibilité, mais même en laissant ça de côté KONY gagne ce point grâce  à ses dés plus variés et son plateau aux déplacements tactiques.

 

 

 

J’ai déjà évoqué ce point juste au dessus, KONY propose des règles plus complexes que son aîné, donc forcément moins accessibles. Les deux jeux se placent tout de même aisément dans le party-game ou le jeu familial/fun, et à ce titre l’accessibilité et la fluidité demeurent très importantes pour les jeunes joueurs ou les personnes encore peu joueuses. Un jeu simple est donc primordial dans cette catégorie, et à ce titre KOT remporte le point.

 

 

 

Sans être totalement identique, le matériel des deux jeux est tout de même très proche : mêmes dés, même cubes énergie, même style de cartes, même matériel pour les personnages et les fiches, même style de plateau et de boîte. Là où les choses changent le plus c’est au niveau des monstres, des cartes et du plateau qui bénéficient d’illustrations inédites tout en conservant le même style. Le matériel est par contre plus nombreux dans KONY, et c’est le seul point qui permet de faire la différence entre les deux. Tout sera donc une question de goût en fonction des monstres que l’on préfère. Je préférais ceux de KOT, mais le matériel étant plus important dans KONY je trouve normal de lui attribuer ce point.

 

 

 

Les deux jeux proposent les mêmes configurations, que ce soit en termes d’âge, de joueurs ou de durée de partie, impossible de les départager sur ces critères. Ce qui est important ici, c’est de garder à l’esprit que les deux jeux sont plus amusants à plusieurs. À 2 joueurs ils seront nettement moins fun car tout y est basé sur la confrontation et la bagarre. Vous l’aurez compris, je conclus sur une égalité.

 

 

 

Que ce soit l’un ou l’autre, ce n’est pas le genre de jeu que l’on sort tous les soirs, mais de temps en temps entre amis ou en famille. À ce titre les deux jeux se défendent parfaitement et il n’est pas rare de les ressortir de temps à autre car les mécaniques sont simples et le jeu fun. Du coup tous les deux possèdent une bonne durée de vie, et il n’est pas possible de les différencier.

 

 

 

Si l’on joue à un King of (non non, pas fighters) c’est clairement pour s’éclater et éclater les autres au passage. Là-dessus pas de souci à se faire, le contrat est rempli. Il y a aura toujours une bonne ambiance autour d’une table de jeu ou un King of est présent. Je trouve cependant qu’avec son côté plus “instinctif” KOT propose une ambiance plus forte avec un jeu plus fluide, je lui attribue donc ce point.

 

 

 

Lorsqu’un second jeu sort et que celui-ci est basé sur un premier succès, difficile de rester original sans totalement chambouler les fondements. L’effet de surprise n’est plus le même et, tout en proposant des nouveautés qui font que KONY n’est pas qu’un simple copié-collé de KOT, celui-ci reste une “simple” nouvelle version. L’originalité y est moins forte, ce qui fait que KOT remporte ce point.

 

 

 

Actuellement, car le jeu vient de sortir, KONY est plus cher que son grand frère de 5€, ce qui porte le jeu aux alentours de 30€, prix auquel était KOT à sa sortie. Cela se justifie amplement par la présence de matériel en plus par rapport à KOT. Le rapport qualité/prix est donc correct, surtout que les deux jeux disposent d’une édition de qualité à laquelle il n’y a rien à reprocher. Il est donc logique de statuer sur une égalité.

 

 

 

KONY n’est pas qu’une simple repompe de KOT, mais apporte son lot de nouveautés et de la finesse dans son gameplay. Cela justifie-t-il son achat lorsque l’on possède déjà le premier, cela reste à voir. Oui si vous désirez jouer avec de nouveaux monstres, oui si vous trouvez KOT trop basique, oui si vous ne possédez pas le premier ou si vous l’avez adoré. Si vous n’avez pas aimé KOT ou si un jeu familial doit être à vos yeux fun et simple, ce n’est pas KONY qui vous fera changer d’avis. L’essentiel reste de savoir ce que vous attendez de ce type de jeu . Doit-il être joué rapidement et n’être qu’un défouloir sans prise de tête, ou bien être un jeu de confrontation et de hasard mâtiné de tactique et de choix plus cornéliens ? À vous de trancher !

 

 

Points forts/Points faibles :

King of Tokyo

 

 + un jeu fun !

 + les monstres

 + un jeu rapide

 - Beaucoup de hasard

 - Moins amusant avec moins de joueurs

 

King of New York

 + un jeu plus interactif

 + de nouveaux monstres !

 + plus de réflexion

 - Toujours du hasard

 - Un jeu moins “accessible”

Merci à Chips pour sa correction.

Lu 2714 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Propuls par GSpeech