Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Propuls par GSpeech
vendredi, 09 janvier 2015 00:00

[Versus] Carcassonne VS Taluva

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

J’aime relever des défis, et lorsque l’on m’a proposé de réaliser un versus entre Carcassonne et Taluva, j’ai tout de suite sauté sur l’occasion, excité de comparer ces deux jeux qui a mes yeux ne se ressemblent pas forcément.

 

Point de comparaison : système de pose de tuiles

Mécanique :

 

 

Dans Carcassonne le but sera de faire le maximum de points, et pour cela vous devrez poser des tuiles possédant diverses particularités comme des villes, des sentiers, des abbayes et surtout des champs, sur lesquels vous poserez vos meeples. Dans Taluva, vous devrez poser des tuiles aussi, mais cette fois-ci sur différentes hauteurs, dans le but de construire 2 de vos 3 styles de bâtiments en premier. Les tuiles comportent elles aussi divers paysages, des jungles, des plages, des lacs, des plaines et surtout des volcans. Une fois la tuile posée vous pourrez créer de nouvelles tribus ou bien vous étendre.

Deux mécaniques très accessibles qui font le sens du jeu mais aussi sa profondeur. Il faut savoir qu’à sa sortie en 2000, Carcassonne était un jeu original, proposant une certaine nouveauté dans cette période ludique un peu moribonde. Taluva est sorti en 2006, et du chemin avait été fait dans le domaine du jeu de société moderne. Pour ma part, bien que j’ai repris les jeux de société avec Carcassonne ou presque, j’ai tout de suite accroché à Taluva, et de nos jours je joue bien plus à Taluva qu’à Carcassonne. Pour autant la mécanique de Carcassonne est très ingénieuse, et je ne voudrais pas l’enterrer trop vite, mais à mes yeux la mécanique de Taluva est plus complexe et intéressante ce qui lui fait remporter ce point.

 

 

Accessibilité :

 

 

Carcassonne est devenu au fil des ans, un classique moderne, il n’est pas rare de rencontrer des personnes et de se rendre compte qu’elles ont déjà joué à Carcassonne, c’est moins le cas pour Taluva. Mais est-ce que cela influence vraiment le point de l’accessibilité ? Pas vraiment, même s’il s’avère que Carcassonne est moins compliqué à expliquer, car plus figuratif (et encore plus si on retire les paysans pour les premières parties). Les joueurs ne connaissant pas le jeu auront tendance à s’embrouiller quelque peu avec les possibilités d’écrasement ou les obligations de construction de Taluva.

Une fois le moment de la découverte passé, les deux jeux sont tout aussi simples, mais pour ce qui est de l’accessibilité Carcassonne remporte le point.


 

Matériel :

 

 

Des tuiles et quelques meeples d’un côté, et de l’autre des tuiles épaisses et des structures en bois. Il est clair que lorsque vous ouvrez les 2 boîtes le ressenti n’est pas le même. Si Carcassonne reste sobre et sympa, Taluva propose un matériel plus agréable à jouer, avec un ressenti au niveau tactile plus agréable et immersif. Au niveau graphique, Taluva a subi de nombreuses refontes, la dernière en date étant bien plus jolie que les précédentes qui, malgré leur qualité, restaient banales. Carcassonne, quant à lui, propose lui aussi depuis peu une petite refonte, dont il avait bien besoin se traînant ce graphisme allemand hérité d’Haba. Frais certes, mais pas forcément aguicheur. Le nouveau graphisme reste joli, mais sans plus. Pour moi Taluva remporte donc ce point grâce à un matériel plus classieux, qui risque d’avoir une répercussion sur le point du rapport qualité/prix.

 

 

Nombre de joueurs et configuration :

 

 

Le point essentiel à mes yeux est ici le nombre de joueurs, qui est de 5 pour Carcassonne et de 4 pour Taluva. Les deux jeux sont aussi  bons quel que soit le nombre de joueurs, la seule incidence que cela aura c’est le nombre de tours à jouer. Bien entendu à 2 joueurs ils deviendront plus tactiques, tandis qu’avec plus de joueurs il faudra faire preuve d’adaptation. L’âge minimum requis est de 10 ans pour Carcassonne, et 8 pour Taluva, or je pense que l’on peut y jouer avant. A mes yeux les deux jeux sont à égalité sur ce point.

 

 

Durée de vie :

 

 

Carcassonne est un jeu qui se sort facilement, car ses mécaniques sont simples et parlent à un large choix de joueurs ou de personnes ne connaissant pas le monde du jeu de société. Taluva n’est pas vraiment plus complexe à prendre en main, ce qui le met à la portée de beaucoup de monde également. Pour ma part je trouve qu’il y a plus de stratégie et de rejouabilité sur Taluva, où le hasard bien que présent est moins punitif que sur Carcassonne. Je ressors donc plus souvent mon Taluva, que ce soit pour y jouer à 2 ou plus, que mon Carcassonne qui au fil du temps et de la prise de connaissance de l’étendue ludique me laisse un peu sur ma faim, surtout que les parties peuvent être un peu longues. À mes yeux Taluva remporte donc ce point.

 

 

Ambiance :

 

 

Taluva demande de la réflexion, il faut être concentré, voir au-delà du tour en cours. Certes Carcassonne demande aussi d’avoir un peu de tactique pour espérer avoir plus de points, mais voilà l’ambiance est plus légère, même si écraser un village ennemi à Taluva reste toujours jouissif. Il ne sera alors pas rare de narguer son adversaire, et en face de le voir râler. Les interactions sont plus nombreuses, et le jeu du coup plus vivant. Taluva remporte donc ce point.

 

 

Originalité :

 

 

Carcassonne fut une petite révélation en son temps, et chaque année il continue de se vendre très bien. Notamment grâce à ses nombreuses extensions ou stand alone qui fleurissent régulièrement sur le marché. Taluva fut aussi une belle révélation lors de sa sortie, réédité à de nombreuses occasions en bénéficiant régulièrement de nouveaux graphismes. Le système de connexion de Carcassonne pourrait s’apparenter aux dominos, même si la manière de scorer est bien différente.

 

 

Rapport qualité/prix :

 

 

Carcassonne a su s’imposer au fil des ans, élargissant sa gamme aussi bien avec des extensions à profusion que des stand alone. Le jeu de base tourne autour des 23€, tandis que pour Taluva on se rapprochera des 35€. Une différence certes, mais qui se justifie par la présence d’un matériel plus « classieux » dans Taluva, avec ses tuiles épaisses et ses nombreuses pièces en bois. Du coup Carcassonne reste plus abordable malgré tout ce qui lui fait remporter ce point.

 

 

Conclusion :

 

 

On m’a reproché de faire des conclusions trop gentilles, ou celles-ci se transformaient un peu trop en conseil d’achat. Vous voulez du sang, un vainqueur victorieux, et bien … c’est plus compliqué qu’il n’y parait. Si j’ai souvent une préférence pour un jeu avant de débuter la rédaction d’un versus (autant le dire), cela s’estompe souvent par la suite, une fois que j’ai détaillé les 2 jeux en les décortiquant point par point. Car presque aucun jeu n’est foncièrement mauvais, il y a toujours des qualités (et des défauts), rendant les versus pas aussi simple à écrire si l’on veut conserver une certaine objectivité face aux jeux et non face à nos préférences. Le but est de vous faire découvrir 2 jeux à chaque fois, et je pense que de ce côté-là le contrat est rempli.

Mais je vais me plier à vos remarques et vous proposer un véritable gagnant, qui sera par contre sûrement le fruit de mes goûts personnels. Mais avant un petit résumé de ce versus.

Pour découvrir les jeux, je pense que Carcassonne sera plus simple à proposer, des règles simples avec des tours rapides font de lui un jeu de choix. Mais si vous désirez poursuivre votre expérience ludique et découvrir d’autres horizons je ne saurais que trop vous conseiller de jouer à Taluva, qui à mes yeux propose plus de finesse et une très bonne rejouabilité, servi par un matériel de qualité.

Pour moi le vainqueur de ce versus n’est autre que Taluva, face à l’adversaire coriace que fut Carcassonne, mais qu’il a su maîtriser avec ses atouts, et cela malgré la prestance du champion.

 

Carcassonne

 + simple d’accès

 + peu de matériel

 - Difficile de s’y retrouver lorsque l’on débute avec toutes ses extensions

 - Graphisme usuel, mais pas top

Taluva

 + système de tuiles superposables

 + très jolis pions

 - Règles pas simples à retenir

 - Un peu cher


Si cet article vous a plu n'hésitez pas à soutenir ma page Tipeee

Lu 1567 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Propuls par GSpeech