Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Propuls par GSpeech
lundi, 04 septembre 2017 00:00

[Critique] Edgar & Lucien

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans la ville de Fosko, Faden le grand œil se nourrit de l’envie des hommes. C’est son tribu pour avoir sauvé l’humanité. Mais deux compères vont faire leur possible pour prendre le pouvoir, même si cela implique d’avoir recours à des méthodes peu conventionnelles. Et c’est justement ces deux lascars que vous allez incarner, l’un est un truand et l’autre un pantin de bois aux aspirations politiques ambitieuses. Survivrez-vous assez longtemps pour régner sur la ville, sous le regard impitoyable de Faden ?

 

Crime et chamboulements

Dans Edgar & Lucien pour remporter la partie vous devrez parvenir à remplir 3 conditions de victoire sur 4, qui sont : posséder 150 000 Cogs (la monnaie du jeu), contrôler 6 quartiers ou 7 selon le nombre de joueurs, être le gouverneur avec 100 points de popularité et enfin contrôler 3 quartiers d’administration ou 2 selon le nombre de joueurs. Chaque manche se découpe en 4 tours. La phase de programmation va permettre à chaque joueur de déterminer où vont se déplacer ses 2 personnages, ou non d’ailleurs, à l’aide de son cadran à deux aiguilles. Une fois cela fait, chaque joueur va révéler son choix, puis les pions vont être déplacés chacun son tour dans le sens du tour de jeu sur les différents quartiers de la ville. Ensuite toujours dans le sens du tour, les joueurs vont pouvoir effectuer une action par personnage. Chacun possédant deux actions immuables possibles. Pour Lucien ça sera acheter un quartier de la ville pour 20 000 Cogs ou racheter un quartier à un autre joueur (qui ne peut refuser) pour 30 000 Cogs. Tandis qu’Edgar pourra détrousser un Lucien adverse ou jouer une carte Manigance. Les deux personnages pourront s’ils se rendent dans les divers quartiers administratifs marqués d’un bâtiment, effectuer une autre action à la place, une seule fois par manche. Chaque bâtiment et personnage dispose d’un pouvoir différent, qui leur couteront des points de popularité pour être joué.

Une fois que tous les joueurs ont effectué leurs actions, la fin de la période électorale arrive. Chacun va alors récupérer des points de popularité ou des Cogs en fonction des quartiers qu’il détient. Ensuite le joueur possédant le plus de popularité devient le nouveau gouverneur de la ville, et le dernier joueur. En cas d’égalité le poste est mis aux enchères ouvertes. Le jeu se poursuit ainsi jusqu’à que l’un des joueurs obtienne 3 des 4 conditions de victoire.

Default

De bois et de métal

Notre première rencontre avec le jeu ne laisse augurer que du bon sur ce point. Joliment habillé d’un style steampunk qui lui va à ravir, Edgar & Lucien, nous propose un jeu généreux et richement illustré. Le plateau de grande taille, propose deux versants, différents selon le nombre de joueurs, où figurent divers quartiers de différentes couleurs. Sur les côtés un petit graphique nous rappelle la récolte des impôts. Chaque joueur dispose d’un cadran, ressemblant à une horloge qui va lui servir à programmer ses deux personnages représentés par deux pions en bois. Plusieurs jetons aux couleurs des joueurs viendront marquer les quartiers, tandis que des cartes viendront apporter des pouvoirs, et que l’argent sera figuré par de grands billets en papier, sans oublier les aides de jeu. Enfin, l’influence de chaque joueur sera marquée sur le tableau en carton que vous poserez en bout de table et qui tient debout, pour ainsi pouvoir déplacer les picots en plastique (identiques à ceux de Mastermind). C’est pour moi le seul bémol du jeu, au niveau matériel, car déplacer sans cesse les picots sur ce tableau n’est pas toujours aisé si on ne veut pas le faire tomber. Je comprends ce choix visuel qui se voit de tous, mais pour moi un bon vieux plateau sur la table aurait été plus facile à manipuler. Mais ce n’est rien de très grave. Les illustrations sont réussies, le matériel également, rien à redire sur ce point pour le premier jeu de Guru Fabric.

Default

Il est l’heure !

Tout le monde est en place, chacun a dans sa main son cadran et programme secrètement ses deux actions. Faut-il se précipiter sur les bâtiments pour bénéficier de pouvoirs intéressants ou bien profiter du chaos ambiant pour prendre tranquillement possession des quartiers les moins enviés ? Deux tactiques s’opposent donc sur le plateau de jeu, tandis que les différents Lucien se déplacent parfois sous la protection des Edgar et parfois seuls, courageusement. On détrousse, on récolte de l’argent ou des cartes Manigances, bref tout se met petit à petit en place et tous les moyens sont bons pour accéder au pouvoir. Ce que la popularité ne peut obtenir, l’argent le peut. Fort heureusement, les caisses se remplissent vite lors de la récolte des impôts, tout comme la popularité qui grimpe aussi à ce moment-là. Le poste de gouverneur passant de main en main. Le rachat des quartiers aux autres permet de réduire leur influence, tandis qu’un petit détroussage permet d’alléger les plus fortunés. On programme, on complote, on fomente, on avance petit à petit sur l’échelle du pouvoir, tandis que la Central Bank permet la mise en sécurité provisoire d’une condition de victoire, qui parfois s’envole bien vite. Les pouvoirs n’auront de cesse de faire basculer la partie dans un sens ou dans un autre. Vous devrez donc user de guessing et de fourberie pour parvenir à obtenir les conditions de victoire. Progresser et surveiller les autres, voici ce que vous devrez faire pour remporter le pouvoir.

Default

La boite nous indique que le jeu est accessible à partir de 14 ans, je pense qu’il l’est avant avec des enfants habitués aux jeux de société, enfin si vous désirez leur montrer que la politique n’est pas toujours correcte et passe parfois par des chemins détournés. Ce sont 45 minutes qui nous sont proposées pour la durée d’une partie ce qui me semble assez juste, même si à 4 joueurs ce délai pourra être dépassé. Enfin point très important le nombre de joueurs. Si le jeu tourne à 2 joueurs, il révèlera tout son potentiel fourbe et calculateur à 4 joueurs. Car à 3, le 2 contre 1 guette. C’est clairement à 4 qu’il sera la plus intéressant. De même que le thème n’est ici nullement plaqué, il s’intègre parfaitement dans le jeu, même s’il aurait été judicieux que tous les joueurs n’ai pas les mêmes personnages afin de maximiser l’immersion.

Default

Le jeu me rappelle avec ce plateau découpé où il faut avoir une certaine majorité, le jeu Metropolys, surtout que graphiquement celui-ci s’en approche pas mal. Il est d’ailleurs dommage que le thème de base, avec l’œil géant ne soit pas plus exploité, car il était intéressant. De même que pour la cohérence du jeu il est étrange que l’on nous indique que le but suprême est de prendre le pouvoir, alors que dans le jeu vous serez amené à être gouverneur à plusieurs reprises, un haut poste, puisqu’il s’agit d’une condition de victoire. De même et c’est pour moi le plus dommageable, tous les joueurs possèdent les mêmes personnages, Edgar et Lucien. Dans un univers où nous devons prendre le contrôle, il aurait été plus judicieux que chaque personne puisse incarner des personnages différents, afin de mieux s’identifier et renforcer le sentiment de course au pouvoir. Je comprends la démarche pour des coûts de fabrication moindre et une cohérence avec le nom du jeu, mais c’est dommage tout de même.

Default

Gouverner les tous !

Edgar & Lucien est un jeu de programmation dynamique puisqu’une bonne partie des tours se jouent en simultanée et que les pouvoirs de chaque personnage restent limités. Il y a assez d’action pour ne pas se sentir coincé, tout comme la collecte des impôts permet de récupérer régulièrement des ressources bien précieuses. C’est un jeu d’enfoiré, il faut bien le dire, et la plongée dans cet univers via le texte d’introduction ne peut laisser que peu de doutes là-dessus. Si vous aimez comploter, jouer des sales tours et prendre le pouvoir à n’importe quelles conditions, Edgar & Lucien est un jeu pour vous, idéal pour jouer entre amis. Par contre si vous n’aimez pas faire des crasses, vous aurez bien entendu plus de mal, car cet état d’esprit crapuleux, est à yeux presque une mécanique de jeu. Ce qui n’est pas un mal, mais n’allez pas vous procurer le jeu, fort joli, pour y jouer tranquillement en famille avec le petit dernier ou tatie Henriette. Edgar & Lucien est un très bon jeu pour qui aime taquiner et monter des plans de conquête. Et qui sait peut-être que ce soir, comme ce bon vieux Cortex vous tenterez de conquérir le monde, ou du moins la ville de Fosko.

Lu 378 fois Dernière modification le lundi, 04 septembre 2017 09:20

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Newsletter

Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Propuls par GSpeech