Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Propuls par GSpeech
vendredi, 08 septembre 2017 00:00

[Critique] Evolution

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Rien ne l’arrête ou presque : c’est l’évolution. Darwin était l’un des premiers à nous en parler, et vous serez peut-être les premiers à la jouer. Dans tous les cas ce qui fut jadis,ne sera plus identique par la suite. Etes-vous prêts à prendre en marche le train de l’évolution et à devenir sa locomotive ?

 

Après Evo, voici Evolution

Ce n’est pas la première fois que l’on nous fait le coup de l’évolution avec des animaux des temps anciens. Si les dinosaures ne sont plus d’actualités dans Evolution, vous allez tout de même faire en sorte d’aider vos espèces à durer le plus longtemps possible. Pour remporter la partie, vous devrez récolter le maximum de points, que vous pourrez gagner en créant des espèces, en les alimentant et en les faisant prospérer. Plutôt que de vous présenter en détail les règles, que vous pourrez retrouver ici, je préfère vous résumer le tout, surtout que bien comprendre les mécaniques sera un peu complexes au départ car tout est assez compilé.

Default

Vous allez devoir créer des nouvelles espèces grâce au mini plateau perforé que vous pouvez posséder en plusieurs exemplaires, et leur attribuer des caractéristiques, 3 au maximum ou 2 à 2 joueurs, via des cartes que vous allez recevoir en début de manche. Vous devrez également faire augmenter la population de votre espèce, ainsi que leur taille. Toute la partie création se faisant simplement en défaussant des cartes. Tandis que l’ajout de traits, et donc de pouvoirs, se fera en ajoutant des cartes à vos espèces. Tout ceci se faisant avant la phase de nutrition qui sera différente selon que votre ou vos espèce(s) sont herbivores ou carnivores. Dans le premier cas, vous vous nourrirez des jetons qui se trouvent sur le plateau, et qui seront à partager entre tous, leur nombre étant défini au début du tour via une carte défaussée par joueur, qui indique la quantité via un symbole dessus. Dans le second cas, vous devrez vous repaitre de la viande des animaux des autres espèces. Une fois la phase terminée, chaque espèce est réévaluée, et les joueurs empochent alors dans leur sac les points représentés par la nourriture ingurgitée.  Et le jeu se poursuit ainsi jusqu’à que la pile de cartes soit vide. On compte alors les points dans son sac, le nombre d’espèces et leur croissance. Une fois les petites subtilités assimilées, les tours de jeu sont très simples.

Default

Un Brachiosaure vert géant

Oui c’est bien lui qui m’a le plus interpellé la première fois. Il faut dire que ce beau dinosaure en bois, qui représente le premier joueur a fière allure ! Dans la boite vous trouverez également de nombreuses cartes, aux illustrations aqueuses très colorées, tout comme celle de la boite. Des pions réversibles pour la végétation et la viande, un petit plateau, de très jolis sacs en tissu pour ranger vos points et des aides de jeu. Pour figurer vos espèces vous utiliserez des mini plateaux ajourés, dans lesquels vous viendrez loger des cubes en bois. Voici pour l’ensemble du matériel. Si les illustrations font l’affaire en ne proposant pas des illustrations tirées d’un bouquin de SVT des années 80, l’austérité des mini plateaux taquine un peu l’œil. De même que c’est idiot, car ça n’aurait servi à rien si ce n’est à rendre le jeu plus cher, mais il aurait été sympa de pouvoir donner des noms aux espèces via des papiers ou des mini ardoises effaçables, afin de les personnaliser. Il y a certes moyen de les nommer grâce à leurs traits et à l’aide de jeu, mais quand même. Après ça, ne gâche en rien l’expérience. Nous sommes donc face à une bonne édition, qui ne sort pas forcément du lot mais qui n’est pas classique pour autant et qui à le mérite de nous offrir du matériel de qualité.

Default

Voici mon tigre à cornes rampant

Comme je l’ai évoqué dans le paragraphe concernant les règles, bien que ces dernières soient simples dans le fond, le plus compliqué sera de bien les comprendre et surtout de bien expliquer les subtilités aux autres. Une fois cette étape passée, tout roule comme sur des roulettes. On prend ses cartes, et lors de cette phase on aura vraiment intérêt à avoir augmenté son nombre d’espèces, qui n’est pas limité à une seule, car plus on en a et plus l’on récupère de cartes et donc d’actions possibles. Puis l’on décide via une carte défaussée, quelle quantité de nourriture on voudra donner au pot commun. Et enfin, les actions peuvent commencer. A votre tour de jeu vous choisirez donc que faire de vos cartes, sachant que les traits ajoutés seront tous révélés en même temps. Si vous voulez accélérer la partie, et que vous vous faites confiance, n’hésitez pas à jouer simultanément, ça dynamise le jeu. Puis vient le moment des résolutions et la chasse à la nourriture où l’on croise les doigts pour pouvoir nourrir tout le monde sous peine de voir disparaitre ses espèces. Et si les carnivores ont l’avantage cannibale sur leurs congénères, les jouer ne sera pas aisé, car il faudra alors qu’ils soient plus grands que leurs proies. Un équilibre est donc à trouver entre les mangeurs d’herbe et de viande. Ce qui offre également plusieurs manières de jouer. Et autant vous dire qu’à 5 ou 6 joueurs il y a du massacre dans l’air et du monde à nourrir ! C’est d’ailleurs avec plus de joueurs que le jeu se révèlera le plus plaisant, car bien qu’il soit possible d’y jouer à deux, la tension est bien moindre, et cela se résumera à des déplacements incessants des cubes et un concours de celui qui a les plus grosses dents. Surtout qu’ici une erreur ne pardonne pas. Si j’évoque les joueurs, autant vous parler de l’âge, car le jeu ne sera pas accessible aux plus jeunes, il faut beaucoup planifier et bien comprendre les interactions entre les différents pouvoirs pour pouvoir profiter au mieux du jeu.

Default

Pourtant, il y a un point qui m’a sauté aux yeux lorsque j’ai joué avec mes enfants : le côté éducatif, qui se dégage du jeu (et ce n’est pas sale) sans en avoir l’air. Car mine de rien vous allez pouvoir leur apprendre la chaine alimentaire, leur montrer comment les caractéristiques des espèces sont importantes et comment celles-ci s’adaptent pour évoluer. Faisant parfois disparaitre au passage quelques individus. De nombreux aspects sont à appréhender, à comprendre et à appliquer sans que cela ne soit rébarbatif ni abstrait. Rien de tel que de vivre les choses pour mieux les comprendre. Et je ne pense pas qu’Evolution ai été abordé sous cet aspect alors qu’il le peut sans mal, en plus d’être un jeu fort sympathique.

Default

Certains n’évoluent jamais …

Evolution est un bon jeu et cela pour deux raisons assez distinctes. La première étant qu’il est plaisant à jouer. On prend plaisir à créer ses espèces et à les voir évoluer (et parfois disparaitre), à les aider à se défendre et à se nourrir. C’est prenant, assez rapide et logique, et ce dernier point bien huilé est fort plaisant. Beaucoup d’informations sont présentes sur les cartes, mais cela se maitrise sans mal. Au niveau du format il fera un bon début de soirée, ou un jeu tranquille, car ses parties restent assez rapides une fois bien compris. Le second aspect intéressant du jeu c’est son côté pédagogique sans en avoir l’air. Si vous êtes de simples joueurs sans enfants chez vous ou votre entourage cela ne vous intéressera peut-être pas, mais dans le cas contraire c’est un aspect que vous pouvez prendre en compte sans mal, tant le jeu propose une dimension intéressante à propos de la vie et des espèces. Evolution est donc un jeu que je recommande pour diverses raisons, mais l’une d’entre elles devrait, je pense vous interpeller, et vous éviter de passer à côté.

Lu 143 fois
Plus dans cette catégorie : « [Critique] Qwinto [Critique] Exit »

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Newsletter

Cliquez pour couter le texte en surbrillance! Propuls par GSpeech